dimanche 14 juin 2020

Des pitchs à emporter !


Parfois, j’ai des idées pour transformer légèrement les univers de certains jeux. Quand elles m’emballent suffisamment, je les écris pour y revenir plus tard et un jour peut-être y jouer.
Mais des fois ces idées demandent un travail d’adaptation que je n’ai pas forcément le temps de produire, même si elles me plaisent toujours ! Alors souvent elles terminent sur mon disque dur et dorment là sans jamais en sortir. 

Alors, plutôt que de les laisser à ce triste sort, aujourd’hui je vais vous les partager. C’est cadeau. A vous de vous en inspirer et d’en faire ce que vous voulez !

Le premier pitch est là pour jouer à Colonial Gothic mais en Corse ! Le second concerne le jeu du Trône de Fer et propose de se projeter 150 ans après la Grande Guerre (à partir de la fin de la série de HBO).  

Bonne lecture !

COLONIAL GOTHIC : Corsica

Alors que certains sont parti à l’Est d’Eden pour trouver le paradis perdu, d’autres ont préféré des latitudes plus clémentes et ont mis voile vers l’Île de Beauté.
Si la douceur du climat méditerranéen semble plus attirante que les rigueurs du temps canadien, la Corse n’a rien à envier au Québec en matière de machinations politiques et de tensions communautaires. Entre 1736 et 1798, corses, français, génois et anglais vont se disputer le pouvoir d’administrer l’île selon leurs intérêts : souverains pour les natifs, financiers et stratégiques pour les autres. De colonie gênoise au tout début de l’année 1736 à département français en 1798, le territoire réussira un bref instant à clamer son indépendance en se constituant Royaume de Corse (entre 1736 et 1740) puis République Corse, dotée de la première constitution du genre (entre 1755 et 1769).
A ces turpitudes qui ont entraîné avec elles leur lot de guerres, de batailles sanglantes, de sièges, de servitudes et de morts, s’ajoute une menace insidieuse, rampante et mystérieuse tapie au plus profond du maquis : l’Imbuscada.
Si l’Île de Beauté ne semble pas aussi affectée par des maléfices inexpliqués que ne le sont les terres québecoises, il est apparu sage à Louis XV d’envoyer tout de même un petit contingent d’experts en ésotérisme sur place, en même temps que quelques milliers de soldats venus prêter main forte aux génois à partir de 1738. Cette cellule qui s’assure que les ennemis du Roi ne fassent pas usage de sortilèges à son encontre se prénomme : les Associés de Kallisté. 

Tour paoline de Nonza (Haute-Corse)
Tour paoline de Nonza (Haute-Corse)


GOT : Renaissance

150 ans après la Grande Guerre.
Bran le Rompu a fini par s’éteindre. Comme le prévoient les nouvelles lois du Royaume, les Seigneurs des Six Couronnes doivent se réunir pour choisir un nouveau Roi. Le Dorne et les Fers-Nés veulent en profiter pour s’émanciper de Port-Réal. Le Val et les Conflans tendent à se rapprocher du Nord. Le Bief, Les Terres de l’Orage et les Terres de l’Ouest ne l’entendent pas de cette oreille… La paix est menacée.
Les explorateurs de la Mer Crépusculaire, descendants d’Arya Stark et de ses hommes qui ont fondé la Compagnie du Couchant, ont découvert une nouvelle terre qu’ils ont nommée Weirwoos car les barrals y sont nombreux. Une grande expédition de colonisation est en train de se monter, en attendant le retour des derniers explorateurs. Mais ceux-là vont ramener avec eux un mal inconnu…
Depuis Essos, des rumeurs indiquent qu’une grande armée venant des Contrées de l’Ombre fait route vers l’Ouest. Elle serait menée par un chevaucheur de Dragon…
Au Nord, le Mur est resté sous la juridiction de Bran Le Rompu. L’édifice reconstruit n’a plus vu de menaces depuis la Grande Guerre et ne sert à rien d’autre qu’à emprisonner les criminels les plus détestables. Un second mur, plus petit, a été entrepris par les Stark pour contenir cette population indésirable. Sa construction n’est toujours pas achevée. Le Nord entretient donc un no man’s land entre le nouveau mur et le reste des terres du Nord. Mais, là aussi, des rumeurs annoncent la venue d’une armée menée par une femme qui se dit descendante d’Aegon Targaryen. 

Bigyo'

vendredi 8 mai 2020

Sabotage au D100 !

Cela faisait un petit moment que je ne vous avais pas parler de Sabotage, au moins depuis 2017 !

Alors non, le projet n'est pas mort et enterré, il sommeille seulement.
Hélas, mais en ce moment je suis déjà très pris par mes scénarios pour Emysfer (qui est toujours en financement participatif jusqu'au 25 mai !), et qu'avant ça, Ardri a occupé beaucoup de mon temps et de mon esprit (un peu moins en ce moment, mais je m'y remet à fond dès que j'en aurai fini avec les scénarios précédemment cités).

Ceci-dit, un peu à la manière d'un Neil Gaiman ou d'un Tolkien (mes chevilles vont très bien, je vous remercie de vous inquiétez pour elles !), c'est en procrastinant pour échapper à mes autres responsabilités que je me suis rendu compte que le petit système à base de D100 que j'avais écrit très rapidement pour fêter mes 100 followers sur Twitter serait parfait pour raconter les histoires de combattants de la Liberté de Sabotage.

En effet, je n'étais pas totalement satisfait de la mécanique à base d'un simple D6 que j'avais pondu pour Sabotage à l'origine. Je trouvais que cela manquait de granularité, que cela ne mettait jamais vraiment les PJ en difficulté, et que cela ne permettait pas tant que ça de raconter de bonnes histoires de guerre et de résistance (la 3ème partie test illustre parfaitement ces défauts).
Et je me suis rendu compte que mon système "Poignard" semblait répondre au cahier des charges de Sabotage à savoir : un système souple, simple à comprendre et à mettre en place, qui permet de se concentrer sur la narration et pas sur la tactique ou la mécanique, avec juste ce qu'il faut de règles pour garder un aspect ludique, où le MJ ne fait quasiment pas de jets, et avec une vraie létalité pour les PJ qui les fera réfléchir à deux fois avant de foncer dans le tas.

Alors, ce fut l'illumination et je me mis à fusionner Sabotage avec Poignard pour donner donc une version de Sabotage au D100.

Me restait alors à trouver une solution au second problème que j'avais très largement laissé en suspens et ce dès la version de 2017 : proposer un outil de création de contexte pour jouer à Sabotage.

Mais un miracle se produisit il y a quelques semaines : un Rôliste en Peignoir mit en ligne un jeu-outil du nom de Fractal qui permet de créer rapidement des contextes pour tout type d'univers. Seconde révélation : c'est exactement ça qu'il me fallait pour générer des contextes pour Sabotage !
Après quelques modifications pour faire coller Fractal au cadre de Sabotage, j'avais créé une petite aide de jeu qui permettrait à tout le monde de se lancer dans des histoires de guerre et de résistance.

Tout ceci mit bout à bout m'encouragea à ressortir Sabotage pour le mettre à disposition du plus grand nombre. Et quoi de mieux qu'un 8 Mai, jour de commémoration de la victoire de 1945, pour proposer ce jeu où vous incarnez des combattants clandestins de la Liberté dans une guerre qui ne dit pas son nom ?!





Alors, ce n'est pas tout à fait une version finale, cela reste un "work in progress", surtout sur la forme. Dans le fond, vous devriez avoir tout le nécessaire pour jouer.

En cliquant ici, vous pourrez télécharger un PDF de 30 pages qui contient les règles du jeu.

En cliquant là, vous pourrez télécharger un PDF de 6 pages qui contient les règles du générateur de contexte. Pour comprendre ce document, il vous faudra également aller lire le jeu Fractal de Quentin Saint-Georges en cliquant sur ce lien.

Si vous cliquez là, vous pourrez télécharger la fiche de personnage au format PDF pour jouer à Sabotage.
Et en cliquant là, vous pourrez télécharger la fiche d'évolution de contexte au format PDF.

Enfin, pour vous lancer directement dans le feu de l'action, vous pouvez télécharger un exemple de schéma heuristique au format JPEG pour jouer dans le contexte suivant : Bourgentin, un petit village normand durant la Seconde Guerre mondiale. Pour ça, cliquez-là !

Tous ces liens seront compilés sur la page du jeu sur ce blog, où vous trouverez également le pitch du jeu et l'ancienne version !

Passez un bon jour férié, un bon week-end, profitez de ces derniers jours de confinement et amusez-vous bien !

                                                                                                                                 Bigyo'



vendredi 27 mars 2020

Financement participatif du jeu Emysfer !


Depuis hier soir, le jeu de rôle Emysfer est en financement participatif sur GameOnTableTop !

Rappelez-vous, depuis août dernier, j’ai rejoint l’équipe du jeu pour travailler sur les scénarios de l’offre de base. Au nombre de 4, ils permettront de se familiariser avec les différents groupes jouables, avec les règles et l’univers du jeu.
Ces scénarios de découverte seront compilés dans un recueil qui viendra compléter les deux bouquins de base et, je le répète, ils feront eux aussi partie de ce que vous recevrez une fois que le jeu sera imprimé !
C’est d’autant plus exceptionnel que la plupart des jeux du commerce ne proposent qu’un seul scénario dans leurs livres de règles.

C’est donc le moment pour vous de nous soutenir ! D’autant plus qu’à l’instant où je publie cette news il reste encore quelques heures pour profiter de l’offre Early Bird ! Alors ne loupez pas le coche !

Le lien vers le financement participatif : https://www.gameontabletop.com/cf225/emysfer.html

Queoa ? Vous ne connaissez pas Emysfer ? C’est un jeu de rôle de Science Fantasy Médiévale qui se déroule sur une étrange planète où tout est à découvrir ! Dans un monde technologiquement proche de notre époque médiévale et pourtant sur le point de faire des découvertes majeures, vous pouvez incarner des mercenaires, des vauriens, des explorateurs ou des citadins, à travers 4 espèces jouables inédites (à l’exception des Symirs qui nous ressemblent) et explorer un continent où vous croiserez des créatures étranges et variées, des civilisations inconnues, des dangers inquiétants… Point de dragon, d’elfe ou d’autre classique du genre dans Emysfer ! Tout est original, et même le système de jeu qui encourage la narration par les joueurs et les joueuses et propose notamment une mécanique qui va vous permettre de façonner la mémoire et les connaissances de votre personnage et donc son savoir de ce monde étrange. Mais si vous n’aimez pas les longs discours, je vous invite à regarder le teaser du jeu :



Alors rejoignez-nous dans l’aventure, supportez nous sur GameOnTableTop, on vous attend !

Bigyo'

mercredi 26 février 2020

Retour du FIJ

Le FIJ c’est fait ! Et comment dire… Pour moi, c’était un peu compliqué. Je ne vais pas m’attarder là-dessus car ce n’est pas très intéressant mais, après coup, je me rends bien compte que ce genre d’évènement par son ampleur ne me convient pas : trop de bruit, trop de monde, trop d’agitation, trop long, trop fatiguant.... Bref, trop.

Mais ! Avant que vous ne retourniez à vos activités normales, tout n’est pas négatif ! Il y a quand même eu des rencontres fort sympathiques.



Déjà, comme vous le savez, j’étais parti là-bas surtout pour faire jouer à Emysfer et tester les premiers scénarios que j’ai écrits pour ce jeu. J’ai fait deux parties en tant que MJ et j’ai assisté à une partie faite par Alnomcys, l’auteur du jeu. Les parties se sont bien passées, même s’il y a certaines choses à revoir sur ces scénarios. Je vais les modifier prochainement et je ferai certainement de nouvelles parties de test dans les semaines qui viennent (probablement en virtuel, du coup, si jamais essayer le jeu vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter !).
En même temps, l’éditeur du jeu Posidonia Editions avait imprimé une bonne quantité de kit de démo. Au final, ils sont très bien partis et les discussions autour du jeu ont suscité l’intérêt de beaucoup de monde. C’est plutôt rassurant pour le financement participatif à venir qui débutera très exactement le 26 mars 2020 ! D’ailleurs, la page sur GameOnTableTop est déjà ouverte, vous pouvez vous préinscrire dessus.

Ensuite, j’ai eu le plaisir d’enfin rencontrer Melti Lanista du Collectif Cherche-Rêves. Un auteur que je suis avec enthousiasme depuis que j’ai pu lire ses productions sur des concours de création (notamment sur le 3 Fois Forgé). Il fait partie des personnes qui m’avaient envoyé un retour on ne peut plus constructif sur la toute première version du kit de démo de Ardri.
Aujourd’hui à moi de lui rendre la pareille : il faut absolument que j’aille lire son kit sur le jeu Kamicha pour lui faire un retour ! Ça ne sera certainement que des éloges car j’aime beaucoup sa manière de créer des jeux. Et je vous invite à en faire de même ! Ena a eu l’occasion de tester le jeu durant le FIJ et n’en a fait que de bons retours !
Kamicha est un jeu de rôle d’inspiration orientale où la place du thé (oui oui la boisson) tient une grande importance. Le propos à l’air très poétique et en même temps le jeu semble proposer son lot d’aventure et de mystères ! Pour ne rien gâcher à cela, les illustrations à l’aquarelle de Dilhu pour illustrer le jeu sont de toutes beautés ! J’ai hâte de lire le kit et, franchement, je vous conseille d’aller y jeter un coup d’oeil aussi !

J’ai également rencontré Damien et Chloé, les auteurs du jeu des Chroniques du Lac d’Or. Un jeu que j’avais repéré depuis plusieurs mois sur les réseaux et qui a rejoint récemment le même éditeur qu’Emysfer. En plus de cette rencontre, j’ai pu tester rapidement le jeu.  Très accessible par son système D100, c’est surtout son univers et ses illustrations chatoyantes qui avaient attiré mon œil ! On y joue des animaux anthropomorphes dont le design n’est pas sans rappeler le Robin des Bois et Zootopia de Disney. Et comme j’ai adoré ces deux films d’animation, forcément je ne pouvais qu’adhérer à leur concept ! Allez les découvrir, ils viennent d’ouvrir une chaîne Youtube où ils parlent de leur jeu et de leurs projets.

Le week-end a aussi été l’occasion de tester Ynn Pryddein : la terre des forts de Hervé Bourgade. Dans ce jeu inspiré par les celtes, les scandinaves, le haut moyen-âge et teinté de fantasy, je ne pouvais qu’y trouver mon compte ! On y joue les membres d'un tuath (un clan/tribu en gaélique) qui vont évoluer au sein des 7 Royaumes et y vivre moultes aventures et péripéties. La possibilité pour le MJ de gérer le niveau de réalisme (historique, héroïque, légendaire) est une option on ne peut plus intéressante à mon goût.
De plus, le monde fictif proposé a été construit à partir de sources archéologiques solides pour le rendre le plus cohérent possible (l'auteur est un vrai passionné spécialisé dans la culture celtique et est notamment reconstituteur à ses heures perdues).
Le jeu est actuellement en financement participatif sur la plateforme GameOnTabletop et à l’heure où j’écris ces lignes il a déjà récolté 87 % de son objectif (en à peine une semaine !). Bien entendu, j'ai déjà pledgé dessus pour ma part. Amoureux de l'Irlande et de son folklore comme je le suis, j'ai vraiment beaucoup aimé pouvoir enfin le tester . Je n’ai pas été déçu ! Allez y jeter un œil et surtout soutenez-le sur GameOnTableTop !

Durant le festival j’ai aussi pu tester au Off les Mines de Maphr de mon vieil ami Sébastien qui lui était du côté des jeux de sociétés pour faire tester ses protos. Non seulement j’étais très heureux de le revoir mais j’ai vraiment passé un excellent moment sur ce jeu de construction de mine dans un monde de Nain ! Je me suis vraiment bien marré et je n’ai pas été déçu non plus ! Depuis le temps que je voulais l’essayer !
Au passage, merci à Nyden Lafée sans qui ça n’aurait peut-être pas été possible de faire ça ce soir là !

Puisqu’on est dans les remerciements, j’en profite pour en adresser à Steven et Samantha du Graal qui ont vraiment été aux petits soins avec moi, que ce soit pour mon problème de badge ou pendant mes parties de démo d’Emysfer. Un très gros merci à eux !
Merci aussi à Philippe de Posidonia Editions sans qui ma présence au FIJ n’aurait pas eu lieu.

Merci également à ZeDiac avec qui on a pu covoiturer jusqu’à Cannes, et à Ena qui m’a supporté tout le week-end et qui a quand même trouvé la force de nous ramener en un seul morceau sur le retour ;)

Et puis bon l’article est déjà trop long, donc je vais abréger en faisant un coucou rapide à Kezef l’auteur de Macchabées que j’ai été content de revoir, ainsi qu’à Ambre d’Arcana même si ce fut très bref ! Et désolé si j’en oublie, mais j’ai toujours pas récupéré entièrement du festival alors j’ai pas tous les neurones qui se connectent.

J’aurai bien dit à l’année prochaine, mais rien n’est moins sur pour moi, alors bon, au plaisir de se revoir sur des évènements moins gigantesques ^^

Bigyo’

lundi 17 février 2020

BRANLE-BAS DE COMBAT ! LE FESTIVAL INTERNATIONAL DU JEU DE CANNES EN VUE !


Que vois-je dans ma lunette ? Un poulpe bleu va hisser son étendard au cœur des allées du Palais du Festival de Cannes à l’occasion du très attendu FIJ !
Et parmi son équipage, se trouveront non seulement les fieffés coquins de Gobelin Qui S’En Dédit, mais également ces flibustiers de Chosen Ones et ces moussaillons d’Apprentis Sorciers ! Que du beau monde financé avec succès l’année dernière chez Posidonia Editions !

Mais la vraie nouvelle, la grande, celle qui me pousse à tâcher ce parchemin numérique, c’est la présence de deux forbans qui ramèneront dans leurs coffres des trésors d’imagination en provenance direct d’Emysfer, le jeu de rôle de Science Fantasy Médiévale !
Je veux bien entendu parler de l’auteur d’Emysfer, Olivier Ranisio alias Alnomcys, et de votre serviteur, moi-même, en sa qualité de scénariste du dit-jeu.
Alors bon, on va arrêter la mise en scène piratesque (oui, j’invente des mots si je veux!), pour se concentrer sur le sujet.

Palais des festivals et des congrès de Cannes
Copyleft [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]

Nous serons donc présents au FIJ qui se tient du 21 au 23 février pour vous parler d’Emysfer et vous faire tester le bousin avec deux scénarios (si tout se passe bien :x ) qui se retrouveront dans l’offre de base le jour où Emysfer sortira… On devrait d’ailleurs avoir de GROS indices au FIJ sur ce sujet ;)

Vous devriez nous retrouver sur le graaaaaand stand du GRAAL qui accueillera moult jeux et éditeurs. Les gens très sympas du GRAAL s’occuperont de prendre les inscriptions pour nos parties de démonstration qui devraient avoir lieu pendant le week-end.

Alors bon, j’ai pas tous les détails exactement hein… Je ne sais pas quel T-Shirt je vais mettre par exemple. Au pire il faudra vous renseigner sur place ^^.
Ou sinon pour vous tenir au courant, hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, vous n’avez que l’embarras du choix avec les liens ci-dessous :

En espérant vous croiser lors de cet évènement qui a inspiré le fameux Festival du Cinéma de Cannes en son temps (… ou pas!).

Faites attentions aux mimes et hissez les voiles !

PS : mais pourquoi les pirates ? Vous le saurez en venant jouer à Emysfer à Cannes ;)

Bigyo’
  

samedi 9 novembre 2019

100 followers sur Twitter = un système D100 !

Et bien voilà ! C'est fait !
Le compte twitter du blog vient d'atteindre les 100 followers ! Ô joie !

Juste avant d'atteindre ce chiffre symbolique, pour motiver les foules, j'avais annoncé que si j'atteignais les 100 followers je lâcherai un système léger à base de D100 pour jouer de la dark fantasy.

Chose promise, chose due ! Pour célébrer ces 100 followers et récompenser votre fidélité ou votre intérêt tout récent pour les nouveaux arrivants, je vous propose aujourd'hui un système que j'ai baptisé "Poignard".

Comme dit plus haut, il s'agit d'un système léger et générique inspiré par le système D100 pour jouer plutôt de la dark fantasy et qui tient sur 13 pages (j'en avais annoncé 11 mais c'était avant d'en avoir fait la mise en page !).

Il n'y a pas de grandes prétentions à ce petit bout de jeu. Cela fait longtemps que je maîtrise Warhammer V2 et j'avais envie de m'y remettre mais je trouvais les règles un peu trop lourdes à mon goût, j'avais envie de quelque chose de plus léger.

J'ai été jeter un coup d'œil du côté de Zweihänder de Daniel Fox et de Grim & Perillous Studios : le jeu regorge de bonnes idées mais reste un pavé en anglais façon boîte à outils de plus de 600 pages.
J'ai également acheté Brigandyne de James Tornade. Là encore, beaucoup de bonnes idées, et d'autres auxquelles je n'accrochais pas totalement.

Résultat des courses : j'ai décidé de faire ma propre mixture, avec ce qui me paraissait essentiel pour jouer sans tomber dans le superflu et ça a donné "Poignard".

Alors, à qui s'adresse ce jeu ?

- A des joueuses et des joueurs qui connaissent déjà un peu le système D100. Je ne suis pas rentré dans certains détails, ce qui pourrait ne pas convenir à des débutants.
- A celles et ceux qui aiment bien les systèmes un peu retro.
- A celles et ceux qui aiment bien quand le meneur ou la meneuse ne jette pas les dés.
- A celles et ceux qui aiment personnaliser les carrières de leurs personnages.
- A celles et ceux qui veulent des combats fluides, pas trop tactiques et mortels pour les PJ.
- A celles et ceux qui veulent gérer les interactions sociales via le système de résolution et le RP.
- Aux meneuses et aux meneurs qui aiment faire un peu de préparation (ou beaucoup d'improvisation). Les outils pour affronter des adversaires, pour créer des PJ ou des sorts sont là, mais en 13 pages ne vous attendez pas à un bestiaire, à des listes de carrières, de sorts ou d'équipements sans fin. Aussi un certain nombre de détails sont laissés à leur appréciation et à leur bon sens.

Quelques particularités du système :
- Les meneuses et les meneurs ne jetant pas de dés (sauf rares exceptions), des malus ou des bonus sont appliqués au seuil découlant de la somme carac+compétence pour émuler une difficulté de situation ou une adversité venant d'un PNJ.
- Les "carrières" prédéfinies n'existent pas : à la création d'un PJ, les joueurs et les joueuses déterminent eux même les caractéristiques et les compétences qui seront développées au cours de l'évolution de leur PJ. Pour les compétences qui ne seront pas acquises par les PJ, on applique une règle du "pire résultat possible" où les dizaines et unités d'un dé s'interchangent pour donner le moins bon résultat.
- Bien qu'il n'y ait pas de carrières, il existe trois types de classe qui donnent accès soit à des avantages plus ou moins narratifs, soit à des coups spéciaux, soit à la magie.
- Les combats sont fluides : seuls les joueurs et les joueuses lancent les dés : en cas de réussite, ils infligent les dégâts à leurs adversaires, en cas d'échec ils subissent les dégâts. Les options tactiques sont minimales : elles colorent les combats sans en faire des mini wargames.
- Les situations sociales se règlent soit de manière simple, soit comme des combats psychologiques.
- Les sorts magiques sont décortiqués selon 4 critères pour aider à leur création ou à leur adaptation. On considère également trois formes de magie : une propre aux mages et aux sorciers, une propre aux prêtres et aux moines et une propre aux bardes.



Télécharger "Poignard" en PDF.
Télécharger la fiche de personnage de "Poignard" en PDF.

Bref, Poignard n'est pas là pour révolutionner le D100 mais pour offrir le cœur de ce type de système en quelques pages, vous permettant de jouer rapidement, et de vous concentrer sur l'univers de jeu et l'histoire que vous voulez raconter avec votre tablée !

Bien évidemment, les retours et les conseils pour améliorer le tout sont les bienvenus ! Pour ma part, je vais proposer quelques parties virtuelles avec ce système dans le monde de Warhammer. Si ça vous intéresse rendez-vous très bientôt sur le forum de JdR Virtuel.


Bigyo'  


[EDIT du 10/11/2019 : mise à jour du système sur quelques points de règles.]

jeudi 10 octobre 2019

Scénariste pour Emysfer !

Voilà, ça-y-est, c’est officiel !

Depuis samedi je suis officiellement le scénariste d’Emysfer, le jeu de rôle de science fantasy médiéval d’Olivier Ranisio !

 Je fais partie de son équipe depuis le mois d’août, et j’ai signé mon contrat avec la maison d’édition Posidonia qui soutient pas mal de très bon projets en ce moment (notamment les TERRES DE MATNAK en financement là maintenant tout de suite !).



Je peux enfin commencer à envoyer promener mon syndrome de l’imposteur ;)
Bien que… Il va certainement rester dans le coin jusqu’à ce que le job soit fait !

Du coup, prochainement, en parallèle des news sur Ardri, vous allez aussi beaucoup entendre parler d’Emysfer, un des jeux les plus originaux sur lesquels j’ai pu poser mes yeux ! L’aventure ne fait que commencer !

Bigyo'

mercredi 9 octobre 2019

Retour d'OctoGônes

OctoGônes c’était le week-end du 04 au 06 octobre 2019 à Villeurbanne et ça a été une convention de folie !

D’un point de vue émotion et enrichissement personnel c’est tout simplement la meilleure convention que j’ai faite à ce jour !



Par où commencer ? Il y a tellement de choses à dire, de personnes à remercier et à citer ! Petite séance de namedropping avec des liens à gogo !

Tout d’abord honneur à Kerlaft le Rôliste et à Mélanie, à la FAJIRA, aux bénévoles, et à tout ceux qui ont rendu ça possible ! J’ai trouvé que tout fonctionnait parfaitement bien, aussi bien la bouffe que l’organisation des parties, tout était au poil ! J’avais un peu peur du côté « grosse machinerie » mais en fait ça a vraiment bien été géré et j’ai trouvé que malgré sa taille on restait sur une dimension humaine très agréable. Bien sûr, ça n’est pas la même sensation que j’ai eue à Lavelanet par exemple où là aussi tout était au poil et à échelle humaine, mais pour une convention aussi énorme, la qualité à tous les niveaux était au rendez-vous et ça facilite tellement les choses pour tout le monde !

Ça facilite notamment les rencontres ! J’ai été très heureux de rencontrer mes voisins du stand des Jeunes Talents : Michael Ghelfi et ses ambiances incroyables (abonnez-vous à sa chaîne Youtube!), Eric Blaise et son fameux SuperSix, le toulonnais Rémy et son jeu Kymia, le Dr. Nemrod et ses univers, Téo S. Chailloux et ses Chroniques de Vaelran, les auteurs de Quantique, réalité altéré, et tous les autres que j’oublie…

Mais ça ne s’est pas arrêté là, avec la rencontre de plusieurs auteurs de la maison d’édition Posidonia ! Je pense aux auteurs de Gobelin qui s’en dédit, Ynn Pryddein, Apprentis Sorciers, et bien sur les retrouvailles avec Olivier Ranisio et son jeu Emysfer… D’ailleurs, tout le monde est sûrement déjà au courant, mais je ferai une petite news sur le blog histoire de rendre officielle ma participation à son œuvre !

J’ai eu aussi le plaisir de faire plus ample connaissance avec Ambre, l’autrice du JdR « Arcana », un JdR qui va sûrement cartonner dans un futur proche !

Et bien sur, j’ai parlé de et fait jouer à Ardri : les Légendes d’Enorhim ! On a dépassé les 100 joueurs ! J’ai fêté ça comme il se doit en offrant des dés à mes différentes tablées. Avec les D12 qu’ils ont reçus, j’espère que ça les motivera à faire essayer le jeu autour d’eux quand le nouveau kit de démonstration sera disponible (dans quelques jours en téléchargement !).



J’ai même eu l’incroyable opportunité de participer à une conférence sur l’occulte médiéval dans le JdR à côté de personnes bien plus expérimentées que moi, que ce soit Laurent l’animateur de la conférence ou bien entendu Guillaume Albin, illustrateur pour le JdR Naheulbeuk et Julien Dutel, multi casquette d’acteur, d’auteur, de MJ et j’en passe. Actuellement, vous pouvez voir cette conférence en ligne, elle commence à 01:46:00 et dure environ une heure.

Enfin, je dois remercier ZeDiac le Rôliste pour le transport, la bonne humeur, l’hébergement et les encouragements, pour tout quoi !
Et bien entendu, merci à Ena ma compagne pour m’accompagner et me soutenir dans tout ça !

Je publierai des photos sur mon profil Facebook, ou sur celui du blog, et celui de la page de Ardri, bref un peu partout !

C’était vraiment un plaisir de participer à cette convention. Je n’ai qu’une hâte, recommencer l’année prochaine !

Bigyo'

vendredi 27 septembre 2019

Ardri.fr : le site du jeu de rôle "Ardri : les Légendes d'Enorhim"

Après plus de 3 ans de développement pour mon jeu "Ardri : les Légendes d'Enorhim", il est temps de passer à la vitesse supérieur !

Dans ce but, j'ai créé un tout nouveau site web consacré au jeu et que vous pourrez trouver à cette adresse : https://ardri.fr

Le site est là pour mettre à disposition des joueuses et des joueurs un maximum d’informations sur le jeu, aussi bien sur son univers que sur ses règles, et cela de manière la plus accessible possible avant de pouvoir proposer une version papier définitive.

Cela a pour conséquence que vous ne trouverez plus qu'un lien menant vers ce site si vous cliquez sur l'onglet "Ardri : les Légendes d'Enorhim" de ce blog.
Bien que je ne supprime pas les anciens articles parlant du jeu ici, les actualités, les descriptifs et les futurs fichiers à télécharger seront désormais accessible sur le site dédié.



Vous pouvez aussi vous tenir informé spécifiquement sur les actualités du jeu via les pages Facebook et Twitter qui lui sont consacrés.

Au passage, j'en profite pour vous dire que je serai présent à la convention OctoGônes du 04 au 06 octobre 2019, pour faire jouer à Ardri et pour vous faire découvrir le jeu également sur le stand des Jeunes Talent de la convention.

Je vous dis donc à très bientôt !

Bigyo'


dimanche 4 août 2019

Retour de Lavelanet ! (suite et fin)

Si vous avez manqué le début, rendez-vous dans l'article précédent où je vous explique pourquoi le festival "au fil des légendes" de l'association "le temps d'un jeu" était trop bien.

D'ailleurs, ils ont communiqué récemment sur ce week-end ludique et ont annoncé qu'ils avaient atteint 380 visiteurs ! C'est encore mieux que l'année dernière pour eux et je suis sûr que c'est beaucoup moins que l'année prochaine ;)


Mais revenons-en à l'article d'aujourd'hui, la suite de mes péripéties au pied des Pyrénées, où je vais plutôt m'attarder sur mon expérience en tant que MJ et auteur de jeu. Spoiler alert : des trucs pas très positifs au début, mais ça va mieux sur la fin...

Sur ce point, je diviserai mon retour en 4 partie.

  • De nouvelles expérience autour de la table : depuis 2017, j'ai fait jouer "Ardri" pas mal de fois et à pas mal de gens. Avec ce festival, j'ai dépassé les 90 personnes (ce qui voudrait dire en toute logique que je devrais fêter les 100 à Octogones). Mais j'arrive encore à avoir des surprises autour des tables.
    Ce fut le cas sur la partie de vendredi soir : 3 joueuses mineures sur 4 pour qui c'était quasiment la première fois. La pre-ssion…
    Si jamais vous lisez ces lignes, je vous conseille quand même de commencer le JdR soit avec des amis, soit dans un club, car les contraintes d'un festival ne me paraissent pas être les meilleures conditions pour découvrir le JdR…
    Enfin bref. C'était ma première table avec une majorité de - de 18 ans. D'un point de vue contenu, cela n'est pas un problème avec "Ardri" : le jeu n'est pas sombre ni très violent et n'aborde pas de thèmes trop graves ou problématiques (à l'exception du côté religieux mais sur lequel on n'est pas obligé d'insister en cas de malaise). Mais niveau interaction sociale, cela a été un peu problématique pour moi. J'ai fait de mon mieux pour expliquer ce qu'était un jeu de rôle et faire jouer du mieux que j'ai pu mais j'ai échoué à canaliser l'énergie de la plus jeune et son comportement. Le reste de la tablée a très bien géré cet aspect mais j'aurai peut-être dû intervenir sur certaines situations. Comme c'est la seconde fois que cela m'arrive, il est clair désormais que pour le confort de tous, je n'accepterai plus de joueurs ou de joueuses de moins de 15 ans.
    Fun fact : je n'avais pas de références pop ou culturelles en commun avec ces jeunes filles, ce qui n'a pas facilité les explications sur le contexte de jeu… J'espère malgré tout que ces joueuses ont apprécié la partie et que cela leur aura donné au moins la curiosité d'essayer encore une prochaine fois. Autre expérience autour de la table que je n'avais pas encore rencontrée : l'incompréhension des propos d'une personne.
    Si jamais tu lis ces lignes et que tu te reconnais comme le joueur qui était à ma table je tiens tout d'abord à m'excuser platement.
    J'ai perdu patience durant cette partie, je pense que toute la table l'a senti. Ce n'était pas la faute de ce joueur, c'était la troisième partie en moins de 24h, je n'avais pas dormi beaucoup, je doutais de plus en plus sur mon scénario (j'y reviens juste après) et le fait de ne pas réussir à comprendre cette personne n'a pas aidé. C'est dur dans un jeu basé sur la communication de ne pas réussir à comprendre quelqu'un. C'est dur pour moi, c'est dur pour la personne que je ne comprends pas, c'est dur pour le reste de la table aussi. Je n'ai pas réussi à gérer cela. J'ai fait de mon mieux pour ne pas l'exclure de la partie jusqu'à la fin mais je sais que j'ai perdu patience et si cela était désagréable pour moi, cela devait juste être un calvaire pour cette personne. Je n'ai pas trouvé la force non plus à la fin de la partie d'aller m'excuser.
    Bref, une des pires expériences que j'ai eu à vivre en tant que meneur. Si vous avez des conseils pour gérer une telle situation, je suis preneur car je ne souhaite pas faire revivre ça à quelqu'un une prochaine fois…


  • De l'importance de l'équilibrage : j'avais choisi pour ce festival un scénario que j'avais écrit et fait jouer à Grabuge il y a quelques semaines. Je l'avais fait jouer 4 fois et je trouvais qu'il s'était bien passé à chaque fois. J'étais plutôt confiant. Oui mais voilà, j'ai changé quelques détails pour l'améliorer. Je n'étais pas content des stats d'une des Uilebeasts qu'affrontent les joueurs et joueuses en début de scénario. Elle est devenue plus coriace à abattre. Grosse erreur : elle a été effectivement plus dure à tuer mais cela a eu pour conséquence de rallonger un combat sans enjeu autre que d'introduire ce type de créature aux joueurs et joueuses. Ce qui ne devait être qu'une introduction est devenue beaucoup trop long, bouleversant complètement le déroulé du scénario et me perturbant dans mon comportement de meneur aussi bien vis-à-vis de la construction du récit avec le reste de la tablée que vis-à-vis de mon rôle d'animateur de la partie. Résultat : une bonne leçon sur la fluidité des combats et sur l'importance de l'équilibrage, deux choses sur lesquelles il va falloir que je fasse quelques révisions dans les règles.


  • Une rencontre qui a enfin lieu : bon, si vous avez lu jusque là vous allez me dire : "woah, mais en fait t'as passé un week-end tout pourri !" Et bien, même pas. J'ai été mauvais en tant que meneur et pas forcément très sympa en tant que personne autour de mes tables, mais pourtant, les joueurs et les joueuses que j'ai rencontrés ont été très généreux avec moi. Malgré mes défaillances, ils m'ont encouragé, ont su resté positifs, m'ont payé des coups à boire et à manger, bref, je ne méritais pas mes joueurs et mes joueuses de ce week-end. J'espère que j'aurai l'occasion de vous revoir une prochaine fois et d'avoir une seconde chance avec vous. Parmi les rencontres de ce week-end, j'ai enfin fait la connaissance de Monsieur Gobelin Nounours et Madame Claire, auteur et autrice d'Archipelia, traducteurs et distributeurs du jeu "Mystères et Pains d'épices" et créateurs du concours "Il était une fois un petit jeu de rôle". On a enfin pu échanger quelques mots de vive voix sur plusieurs thématiques en lien avec notre loisir et je dois dire que la rencontre a été très plaisante. Je suis sur qu'on se recroisera une prochaine fois :) Bien entendu, j'ai revu les membres de l'équipe "le temps d'un jeu" et même si j'en fais déjà l'éloge dans la première partie, je ne peux m'empêcher d'en remettre une couche ici tellement ce fut un plaisir de vous revoir et en particulier Kezef (dit le Croque-Mort, auteur de Macchabées), Cyril et Gabriel.


  • Cerise sur le gâteau : si vous me connaissez, vous seriez en droit de penser que, vu ce que je décris à propos de mes tables du week-end, je suis certainement en PLS depuis une semaine à me demander si je dois brûler mon jeu ou pas. Alors certes, j'ai été plutôt mauvais sur ce week-end là, et j'aurai certainement pensé que je ferai mieux de tout arrêter (comme à chaque fois que je ne suis pas entièrement satisfait) si l'impensable ne s'était pas produit. J'ai découvert à l'occasion de ce festival que des joueurs que j'avais eu à ma table à Grimoire, un peu plus tôt cette année, se sont inspiré de "Ardri" et de son système de jeu pour faire leur propre tambouille. Je ne m'y attendais pas du tout. Au début j'étais là "quel est le fuck ?" mais j'ai du faire face à cette vérité, vu que j'étais cité même sur le site du festival comme étant une des inspirations de leur création.
    Voyez par vous même en cliquant sur l'image ci-dessous (et ce n'est pas un fake !). "Kenavo" est donc un jeu en partie inspiré par "mon travail" ! Je remercie donc ses auteurs, Mugmax et Pim pour cet honneur et pour les applaudissements qu'ils m'ont fait adressé à la fin de leur partie. D'ailleurs, du coup, si jamais vous les voyez dans une convention, je ne peux que vous conseiller de vous inscrire à leur table. Je n'ai pas pu y participer, mais ma chère et tendre Ena y à joué à ce "Kenavo" et elle ne m'a dit que du bien de cette "double table" et de ses meneurs. Apparemment elle s'est vraiment éclaté ! Donc doublement merci à eux ! Au final, grâce à vous, j'ai pu relativiser sur ce week-end et sur mon travail de manière générale. Il n'y pas meilleure récompense que d'être reconnu par ses pairs. Alors oui, j'ai été mauvais à Lavelanet, mais grâce à vous je sais que ce n'est pas tout le temps le cas, et si mon travail sert à en inspirer d'autres, alors définitivement il faut que je continue sur cette voie-là. Encore merci à vous !


La capture d'écran qui prouve que je ne suis pas en plein délire !





 Et merci à vous lecteur et lectrice si vous avez lu jusque là ! A très bientôt pour de prochaines aventures !

 Bigyo'